Le chantier 2020 du mini 650

Le 11 mai 2020 va marquer le début du chantier pour le proto 700, mon bateau pour la mini transat 2021. Après un hiver et un printemps compliqué, la levée de fonds est resté figée à un point qui ne me permettra pas de mettre le bateau à l’eau cette année. Ce n’est qu’un contre-temps qui n’a que peu d’incidence étant donné que la grande majorité des régates et du programme sportif est annulé. 

Le budget actuellement rassemblé ne me permet pas de passer commande d’un mat, des voiles, de l’accastillage et des équipements de sécurité. Avant ça, il y a une grande partie du chantier qui consiste à préparer le bateau à accueillir tous ces éléments. Un chantier énergivore en main d’oeuvre et en temps. L’été 2020 ne sera donc pas chômé ! 

Peinture

Dans un premier temps, je vais pouvoir préparer la coque pour la peindre. Long travail rébarbatif de ponçage. Beaucoup de manutention aussi, car il faut mettre le bateau à l’envers et de préférence sans l’abîmer ! Cette partie du chantier ne se limite pas à de la décoration, une bonne surface de carène est essentielle pour une meilleur glisse sur l’eau.

Les safrans

Après la peinture, nous allons pouvoir entrer sur des choses plus techniques. Toute la partie métallerie du bateau. De nombreux éléments sont en inox, les balcons qui sont les petites “barrières” à l’avant et à l’arrière du bateau. Les chandeliers qui servent à accrocher les filières. Les ferrures de safran. Pièces importantes servant à accrocher les safrans au bateau. Ces éléments subissent des efforts importants et nombreux sont ceux qui en ont fait les frais, jusqu’à l’abandon suite à la casse de ces ferrures. 

Le travail sur les safrans ne s’arrête pas là, nous allons travailler sur le système de barre. Spoutnik, mon bateau, possède deux safrans comme tous les minis 650. Il faut donc tout un système de tringlerie permettant de relier les safrans en un point central au niveau duquel pourra être connecté le pilote automatique. 

La quille

Un gros sujet sur ce chantier 2020. Mon bateau est un proto qui possède une quille pendulaire. C’est une quille qui peut s’incliner d’un coté ou de l’autre du bateau pour pouvoir mieux l’équilibrer. Cette quille pivote autour d’un axe et se bloque avec des palans. C’est tout ce système qu’il va falloir réfléchir et concevoir. Ce sera aussi le moment de construire l’ogive (ou bulbe) qui est le lest en forme de torpille qui est au bout de la quille. Avant de le concevoir, il va falloir réfléchir au poids optimal  de ce lest en fonction d’autres éléments comme la taille et le poids du mât. 

Les ballastes 

Les ballastes sont des réserves d’eau que l’on peut remplir et vider pour équilibrer le bateau en fonction des allures. Mon bateau dispose de trois ballasts. Un ballaste central et deux ballastes latéraux. Il me reste à concevoir tout le système de pompes et de vannes permettant d’alimenter et vider ces cuves.  

Le bout dehors 

C’est cet espar qui se fixe sur l’étrave au niveau du balcon avant. Le bout dehors permet de décaler le point d’amure des spis. Sur les mini 650, il a la particularité d’être orientable. C’est un tube en carbone équipé de pleins de bouts de ficelle pour pouvoir le régler et le rentrer quand il ne sert pas.

Bonus : Le plan de pont

le plan de pont, c’est tout l’accastillage du bateau. winchs poulies taquets… il faut réfléchir à l’implantation de ces équipements pour qu’ils soient le plus accessible possible lors des manœuvres. Ce sera le bonus, car c’est un budget assez important. 

Collection Automne / Hiver

C’est donc un beau et gros chantier qui est en route pour l’été 2020. Il restera encore beaucoup de travail pour l’automne et l’hiver :

  • mât, gréement, voiles.
  • électronique et énergie (pilote automatique, panneaux solaires, batteries…)
  • Sécurité : tous les équipements obligatoires et nécessaires en cas de pépin. 
  • la déco ! tout de rose vêtu. 

Le nouvel objectif n’est donc plus d’être près pour la mise à l’eau en 2020 mais début 2021. Le temps de préparation et d’entrainement s’en trouve considérablement réduit. Cela ne remet rien en cause. Il faut s’avoir s’adapter aux nouvelles contraintes dans un monde qui ne cesse d’évoluer. Continuer à avoir une vision positive et optimiste de la situation. Voir de nouveaux défis plutôt que des difficultés. 

Partager

Laisser un commentaire